MOUNIR, 24 YEARS OLD, VOLUNTEER.

Aujourd’hui nous partons à la rencontre d’un nouveau volontaire, Mounir qui s’est immergé quatre mois au Panama, au coeur d’une communauté indigène.

Today, let’s meet a new volunteer, Mounir, who went to Panama for four months, he lived with an native community. 

 L’association

Mounir est parti avec l’association AIME, fondée par des étudiants d’HEC Montréal et surtout développée par HEC Paris et l’école de commerce Neoma (Reims). Si initialement, il ne s’agissait d’un projet d’entreprenariat, il s’avère qu’aujourd’hui, ils ont fondé une véritable institution de micro-finance (IMF), en partenariat avec la Coopérative Solary, dans la communauté indigène Ngöbé-Buglé à l’Ouest du Panama. L’association est également présente dans d’autres pays (Thaïlande, Nicaragua, Sénégal, Mauritanie, Togo), où d’autres projets se sont développés, totalement autonomes.

Mounir, étudiant en finance, a choisi de participer à ce projet car il est en lien avec son projet professionnel : faire de la finance responsable.

Mounir went to Panama with the association called AIME, created by students from HEC Montreal. Then it was developed by HEC Paris and the business school Neoma (Reims). At the beginning, it was a entrepreneurship project of students. They found a structure of micro-finance in central America and they set it up in Panama, and in the indigene community of Ngöbé-Buglé, on the Caribbean coast. But the association is also present in other countries (Togo, Senegal, Thailand). Those projects are totally autonomes.

Because he is a student in business School, Mounir choose this project related to his professional project : he wants to do responsable finance. 

SONY DSC

Le projet et les missions

La mission principale de ce projet était de proposer une structure financière destinée à soutenir des projets entrepreneuriaux, grâce à des prêts allant de 100 à 1000$. Travailler avec la communauté Ngöbé-Buglé, population la plus pauvre du pays, s’est avérée être un défi particulièrement stimulant, dans la mesure où aucune des 16 IMF déjà implantées au Panama ne les concernait.

The principal mission of this project was to help and support financially, some entrepreunerships, thanks loans from 100 to 1000$. Working with the community Ngöbé-Buglé, the poorest of the country, was a stimulating challenge, because no micro-finance institution from Panama was there. 

Pour réussir leur implantation dans le village, en 2012, ces entrepreneurs en herbe sont partis à la rencontre de chaque habitant du village, de chaque entrepreneur, pour comprendre leurs activités et leurs aspirations et en estimer la faisabilité. Dès 2013, ils ont financé 13 projets dans le village de Silico Creek et ses environs, dont des tiendas, petites épiceries, des vendeurs ambulants, des artisants traditionnels, des élevages de volailles (poulets et canards) et même le projet touristique du village. En 2015, sur les dix-huit personnes qui avaient proposé un projet, sept entrepreneurs ont été retenus. Mounir, avec d’autres bénévoles, a ainsi rencontré chaque candidat, pour évaluer le projet qui sera soumis au comité de la coopérative du village, Solary. Bien qu‘AIME n’ait qu’un droit de véto, l’association veille tout de même à ce que les projets respectent l’environnement et les traditions de la communauté. Sept entrepreneurs ont composé la promotion 2015, portant à 34 le nombre de prêts effectués depuis la constitution de l’IMF.

The establishment in the village, in 2012, was a success. To be well done, the learning entrepreneurs met every inhabitants of the village to understand theirs activities et their hopes. They should estimate the feasibility of each projects. In 2013, they financed 13 different projects in the village of Silico Creek, and a lot of tiendas, small groceries, some traditional craftsmen, some breedings (chicken and ducks), and also the touristic project of the village. In 2015, 18 persons proposed a project, but only 7 were detained. Mounir, with the others volunteers, met everyone, every candidate, to evaluate the projet. After that, the project was submit to a committee of the cooperative of the village, Solary. Even if AIME has only a power of veto, the association looks after the respect of the environment and the traditions of the community. Seven entrepreneurs composed the promotion 2015. So, since the establishment of the association, 34 projects were helped by the micro-finance. 

Silico Creek a fait du tourisme communautaire, via Urari, une part importante de sa réputation. La communauté y propose la visite de champs de café ou de cacao, la découverte de ses produits agricoles locaux. En partenariat avec quelques jeunes investis, les bénévoles ont boosté l’activité touristique, avec la création d’une page AirBnB. Des cours d’anglais ont été dispensés par certains bénévoles pour les plus de 16 ans. Un véritable enrichissement pour les bénévoles qui se sont vus confrontés à un tout autre rapport au temps. Bien que l’assiduité et la ponctualité n’étaient pas le fort de leurs élèves, les progrès constatés dépassaient tout relativisme culturel.

Moreover, Silico Creek does tourism, via Urari. The community proposes to visit fields of coffee or cacao, to discover his agricultural products. With some young people of the village, the volunteers expanded the touristic activity with the creation of an account on AirBnB. Also, some english classes were dispensed by some volunteers. 

SONY DSC

Le village

Le village, d’une cinquantaine d’années, est le fruit de l’installation de cinq frères et une sœur qui vivaient dans un lieu très reculé, dans la partie montagneuse du Panama. La légende veut qu’ils soient partis à la recherche d’une terre fertile pour s’installer et fonder ce qu’est devenu Silico Creek, un village de 300 âmes. La route, construite le long du village il y a moins de dix ans, permet désormais de relier le village à de plus grandes villes comme Chiriqui Grande ou Changuinola.

The village is quite new : it was founded 50 years ago by five brothers and one sister, living in the mountains of Panama. They searched a fruitful area : it became Silico Creek, a village with around 300 persons. The road, constructed 10 years ago, connects the village to bigger cities like Chiriqui Grande or Changuinola.  

Une des personnes les plus importantes reste Eduardo, le président de la coopérative, élu par ses membres. Ce fils de l’un des fondateurs du village fait le lien entre l’association et les habitants du village tout au long de l’année. De nombreux membres s’investissent bénévolement à ses côtés pour préserver l’esprit du village et contribuer à son développement. Le but affiché est d’éviter que les jeunes ne partent pour la ville, délaissant le village. Ces cousins, bien qu’ils soient tous cousin ou neveu de Arnoldo, Arcadio, Jaime, Sebastian, et Alfredo, participent activement au développement du village et de ses structures. Même si certains partent vivre dans des villages proches, celui de leur épouse comme c’est le cas d’Eduardo, ils restent malgré tout très étroitement liés à ce village.

One of the most important person is Eduardo, the president of the cooperative. He is elected by the members. He is the son of one of the founders of the village and he is very important because he is the link between the village and the association AIME all along the years. A lot of members are acting as volunteer in the village and they contribute to its development. The goal is quite clear : they want to avoid that young people leave the village for a bigger city. Eduardo’s cousin, Arnoldo, Arcadio, Jaime, Sebastian, and Alfredo participe a lot of the development of the village and its structures. Even if some of them live in other villages, in certain case, the village of their wife – like Eduardo – they stay still close to the village and to its growth. 

Le quotidien

Mounir vivait dans une petite cabane du village – et sans électricité ! Il vivait seul alors que les autres bénévoles vivaient chez l’habitant. Quand il est arrivé dans ce village, il a dû apprendre l’espagnol, comprendre leur culture. Cela était nécessaire au bon déroulement de son expérience. Au quotidien, il se levait vers 6h – la journée était rythmée par le rythme du soleil. En l’absence d’électricité, donc de lumière, les activités du soir restaient assez limitées, ce qui n’empêchait pas Mounir et les volontaires de se rendre chez d’autres habitants pour parler ou pour regarder un film sur un ordinateur, rechargé par les panneaux solaires du village. S’il a, une fois, vu un serpent dans le village, des animaux sauvages (jaguars, boas) vivaient aux alentours, sujet que les locaux adoraient évoquer pour terroriser les volontaires !

Mounir lived in a small cabane in the village, without electricity ! He lived alone but other volunteers lived with a family of the village. When he arrived there, he should learn spanish and he should understand the culture of this country and this region. It was necessary for his stay and for his experience. Daily, he woke up around 6 a.m. – the rhythm of the day was according to the sun ! Because there was no electricity, so light, the activities in the evening were limited. But Mounir and his friends were meeting, speaking, watching movies on a computer (recharged by solar panels, installed in the village). He saw, only once, a snake in the village, but some wild animals (boas, jaguars…) lived around, and local people loved terrifying the volunteers talking about this subject !  

IMG_0991

Le « challenge » Panama

Après un court séjour à New-York, Mounir est tout d’abord passé par Panama City : c’était son premier contraste. Il traverse ensuite le Panama en bus ! L’accueil des poules a été son deuxième et plus gros choc culturel. Le plus dur, nous dit-il, a été de se déshabituer de ses propres habitudes, et surtout le manque de confort (pas de toilettes, cafards…). Il s’est néanmoins très rapidement intégré et dit même que c’est « la plus belle expérience de sa vie ! », frappé par la gentillesse des gens du village, qu’il formulera par « ils te donnent tout le peu qu’ils ont ». Cette expérience lui a beaucoup apporté : il a appris sur lui-même, sur la relation avec les autres. De cet enrichissement personnel, il garde en tête la chance qu’il a eue, d’avoir rencontré ces personnes, avec qui il a beaucoup partagé. S’il avait à retenir un moment fort, ce serait ses trois derniers jours dans le village, ces derniers moments, après avoir passé quatre mois avec eux, où les câlins et les au revoir ont été très forts.

After a quick stay in New-York, Mounir landed in Panama City : it was the first contrast. Then he crossed the country by bus. He was welcomed by chicken, and this was his second contrast and the biggest cultural chock ! But the hardest was, according to him, to disaccustom from his own habits, and specially the lack of comfort (no toilets, cockroaches…). However, he was quickly integrated in the village and said « it was the most beautiful experience of his life ! ». He was surprised of the kindness of village’s people : « they give you the little they have ». This experience brought him a lot, he learned about himself and about the relationship to others. He keeps in mind, that he had the chance to meet those persons, which whom he shared a lot. If he had just one strong moment to retain, it will be his three last day in the village, because after four months living together, strong links were created and the good byes were really hard. A lot of hugs…  

 

Le conseil de Mounir

Foncez ! Mais sachez pourquoi vous le faîtes : on ne part pas pour faire des vacances, on n’y va pas pour soi, on y va pour des gens, pour l’Humain. Ce projet a changé la vie de personnes.

Go ahead ! But just one thing : you should know why you are volunteer : you don’t leave to have holidays, you don’t go for yourself but you go to help people, for the Human being. This project changed the life of people ! 

Photo du 13-09-2015 à 11.05

En un mot

Être volontaire c’est : donner sans compter.

Being volunteer is : giving without counting. 

C’est indispensable pour être un volontaire : être ouvert

It is indispensable to be a volunteer : being open. 

C’est impossible pour un volontaire : de ne pas respecter la culture locale

It is impossible for a volunteer : not respecting the local culture.

Une qualité acquise en étant volontaire : calme et tolérance

A quality you get thanks to this voluntary service : calm and tolerance. 

Un défaut impossible à effacer  : Oula, y’en a trop (rires)

A fault you can’t erase : they are to much (laughs)

Un souvenir pour la vie : Carlos, un petit bonhomme de quatre ans avec qui il a passé beaucoup de temps et beaucoup de moments de complicité !

A memory for life : Carlos, a four-years old kid, with whom he spend a lot of time and he developed a strong relationship of complicity. 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site / To learn more about it : http://aime-ong.org/fr/

ou sur la page FaceBook : https://www.facebook.com/AIMEONG/?fref=ts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *