JORIS CHEYROU, 38 YEARS OLD – PHOTOGRAPHER

Portrait de Joris Cheyrou, habitant Bordeaux depuis 2007.

Issu d’une famille d’artistes, il s’est naturellement intéressé à l’art. Après avoir pratiqué la musique, il s’est tourné vers la photographie en 2009. À travers sa passion, il souhaite immortaliser des instants, les partager et les échanger avec les gens. « Sublimer, certes, mais en privilégiant l’humain ». En parcourant le monde avec son appareil autour du cou, il n’oublie jamais que l’humain est au centre de la vie.

Partons à sa rencontre …

Portrait of Joris Cheyrou, living in Bordeaux since 2007, he is working next Bordeaux, in sport department. 

He comes from an artist family, so he discovered naturally art. He played music but in 2009, he became to be interested in photography. Through his passion, he wants to immortalize some moments, share them with people. Sublimate is one thing but he mostly wants to privilege the human being. Traveling through the world with his camera, he never forgets that the human is the center of life. 

Let’s meet him…

Quelles ont été vos motivations pour ouvrir ce compte Instagram et de partager ces portraits ?
What were your motivations to open an Instagram account and to share these portraits ?

Partager mon travail me motive. Cela me permet également de traduire ma vision de la vie, au gré de mes voyages, de mes projets.

J’ai un site internet qui présente une partie de mon travail (www.jorischeyrou.fr)

Il est difficile de publier toutes mes photographies sachant que lorsque je rentre d’un voyage de 3 semaines/ 1 mois, je n’ai pas loin de 10 000 photos dans mes cartes mémoires. Il faut donc trier, partager ce qui nous ressemble le plus, ou ce que l’on souhaite dénoncer, montrer les différences de cultures, de vie au quotidien…

Share my work is my motivation. It allows me to transpose my vision of life, through my travels and my projects.

It is difficult to publish every pictures I took because when I travel during 3 weeks / 1 month, I take around 10 000 pictures. Then I have to select them and to share what resemble to me or what we try to denounce, which show the differences between cultures, of daily life … 

unnamed

« L’Humain au centre de la vie » est votre devise. Pouvez-vous nous expliquer ce que cela signifie pour vous ? Comment appliquez-vous ce crédo à la lumière de vos photographies ?
« The Human being center of life » is your motto. Could you explain us its meaning ? How do you use it in your pictures ? 

Pour moi, l’être humain n’existe et ne vit que parce qu’il est en interaction avec les autres. On a tous besoin des autres. Les relations humaines sont le pilier du bonheur, de la vie.

L’argent, la célébrité ne remplacent pas le partage, la chaleur des liens entre les personnes.

Il faut très souvent aller les chercher, ne pas hésiter à aller à la rencontre des autres, que ce soit dans notre propre pays ou dans les pays étrangers (cela donne d’ailleurs encore plus de sens d’aller à la rencontre et de découvrir des cultures autres des nôtres).

Voilà pourquoi j’ai fait de « L’Humain au centre de la vie » ma devise, et une ligne de conduite pour mes travaux photographiques.

For me, the human being can exist and live just because it is in interaction with others. We all need other people. The human relationships are the basis of happiness and life.

Money, celebrity don’t replace sharing, the warmth of the links between people.

We do not hesitate to search for it, to try to meet the other, in our country or in an another place (it gives even more sense to meet and to discover other cultures than our.)


Here is it the reason why « The Human being the center of life » is my motto and a course of action for my photographies. 

unnamed-6

 Pourquoi avoir fait le choix du noir et blanc ?
Why did you choose to take black and white photographies ? 

Je photographie en fichier RAW, ce qui me permet d’avoir un fichier neutre (comme un négatif photo) que je peux à souhait moduler en couleurs ou noir et blanc ; j’ai longtemps partagé des photos en couleurs et noir et blanc sur mon site internet, mais j’ai une attirance particulière pour le noir et blanc qui contraste davantage les photographies et en fait ressortir les émotions. J’ai pour référence Doisneau ou Cartier Bresson, et c’est dans cette logique, qu’en dehors de mes voyages, je réalise des photographies de scènes de vie en France, sur thèmes précis comme « Paris Bohème » par exemple, qui regroupe une centaine de photos noir et blanc sur Paris et ses habitants.

I take picture in RAW : then I have a neutral file (as a negative film) I can change in colours or in black and white. During a long time I shared pictures in colors as well as in black and white on my website but I have a particular affinity with black and white, because it contrats more the photography and emotion brings out. My references are Doisneau or Cartier Bresson, and I follow this logic. That’s why, when I’m not travelling, I take photographies of life in France : I can work on a precise them like « Paris Bohème » for instance, which regroups around 100 pictures, in black and white, about Paris and its inhabitants. 

unnamed-3

Comment choisissez-vous vos destinations ? Qu’est-ce qui vous inspire lorsque vous voulez prendre                     une photographie ?
How do you chose your destinations ? What are your
inspirations ? 

Lorsque je choisis une destination, je la choisis pour deux raisons :

•Une attirance pour un pays caractérisé par ses paysages, ses habitants, ses coutumes, modes de vie.

•Le choix d’un pays où j’aurai la possibilité de m’exprimer et de réaliser des clichés qui me ressemblent, qui parlent de « L’Humain », un pays où je sais que je pourrai immortaliser des moments sincères et authentiques de partage et de vie avec ses habitants.

Je shoote au gré de mes déplacements. Je ne prépare jamais une photographie. Elle s’impose très souvent à moi, et à un moment inattendu.

Je me souviens de cet enfant, en Inde , qui, au moment où je me dirige dans une rue, sort d’une porte, une auge à la main, avec sa grande robe rouge et ses yeux noirs. Je me suis alors arrêté, stupéfait par sa beauté, et me suis appuyé contre un mur pour saisir l’instant. Je n’ai eu que peu de temps, je n’ai d’ailleurs pu faire que deux photos de cet instant et par miracle, l’une d’entre elles reste l’une de mes plus jolies photographies.

When I choose a destination, it’s for two reasons : 

– an affinity for the country, characterised for its landscape, its inhabitants, its traditions, or lifestyle. 

– And I choose a country where I’ll be able to express myself and to take pictures which are showing the « Human », a country where I know I could immortalize some authentic moments of share and life. 

I never prepare a photography. It imposes itself to me and it is often an unexpected moment. I remember a child, in India, who -when I headed in a street-  cames out from an house, with a plate in her hands ; she was wearing a long red dress and she had black eyes. So I stopped, I was really stunned by her beauty : I lean on a wall and I took the picture. I had to do it very quickly, I was able to take only two pictures et by miracle, one of them is one of my most beautiful picture. 

unnamed-2

Comment avez-vous rencontré les personnes que vous nous présentez ? Ont-ils accepté facilement de se         faire photographier ?
How do you meet these people ? Did they accept easily to             be photographed? 

Il y a des pays où il est très facile de photographier les gens. Au SRI LANKA par exemple, ils adorent se faire photographier. Ils viennent parfois d’eux-mêmes chercher un contact, un échange en voyant l’appareil photo autour de mon cou.

Au Maroc, c’est en revanche très difficile. Parfois, certains regards en disent long et il est préférable de ne pas déclencher l’appareil photo. On esquisse alors un sourire pour montrer que nous respectons ce choix et poursuivons notre chemin.

Ce qui relève parfois de la magie c’est que dans un simple regard, on comprend l’un et l’autre que nous pouvons partager « un instant » en s’autorisant mutuellement cet échange appareil/modèle. Il en va très souvent après, une poignée de main ou une accolade, comme un remerciement réciproque pour l’interêt que deux êtres se sont portés le temps d’un instant.

In some countries, it is quite easy to take pictures of people. For exemple, in Sri Lanka, people love being photographed. They come and look to start a contact with the photographer, they want to share a moment when they see the camera around my neck. 

On the other hand, in Marrocco, it is more complicated. Sometimes, I can understand it just with a look, then it is better to not take a picture. So I smile to show that I respect his or her decision and I continue on my way. 

It is magic to understand people just through a look. We can see in each other that we can share this moment between the camera and the model. After this little privileged time, there is often an hand-shake or a small accolade, like a reciprocal thank because two people share an interest and a time together. 

unnamed-7

Avez-vous été confronté à des difficultés lors de la prise de photographies? Avez-vous des regrets, un projet qui n’a pas pu aboutir ?
Did you have some difficulties to take picture ? Do you have some regrets or a project you could not finish ? 

Il y a forcément des photographies que l’on rate, des photographies que l’on imagine, mais qui, au final, lorsqu’elle apparaissent sur l’écran, ne sont pas du tout celles espérées.

Il m’est arrivé d’être vraiment déçu du résultat d’un cliché, pensant tenir une photo d’exception, elle était en fait banale, car mal cadrée, ou mal exposée, ou encore une expression du sujet ne ressortait pas si bien sur la photographie que dans la réalité.

Some pictures failed : a photographer can imagine his picture but, finally, when he sees it on the screen, he could be disappointed, because it is not what he expected.

I already have been really disappointed by a photography, I thought it would be an exceptional picture, but in reality, it was commonplace, because it could be badly farmed, or  poorly exposed… 

unnamed-8

Vous êtes vous déjà senti en danger ?
Did you already feel in danger ? 

En « danger » n’est pas le mot… Mais en insécurité ou stressé oui. Il faut toujours rester sur ses gardes lorsque l’on visite un pays que l’on ne connait pas. Il faut s’adapter aux modes de vie, ne pas être trop visible et identifié comme touriste. La discrétion est nécessaire pour éviter de susciter les intérêts, surtout avec le matériel photo sur soi.

« In danger » : it’s not the properly expression. I already have be in insecurity or stressed. We always have to be careful when we visit a country. We have to adapt us to the different lifestyle, we do not have to be too much visible and identified like a tourist. The discretion is necessary in order to avoid to create some bad interest, mostly with the photographic material. 

 Y-a-t-il une rencontre faite lors de vos voyages qui vous a changé ?
Did you meet someone who changed your life during                your travel ? 

Lors de mon voyage au Népal en 2010, j’ai été hébergé dans une famille où je devais faire escale deux jours. J’avais, avant mon départ, contacté au hasard, des personnes sur un réseau social.

SAMEXA, une demoiselle Népalaise m’a répondu, nous avons échangé, et au final la famille m’a accueillie. J’y ai séjourné huit jours au lieu de deux !

Nous avons partagé des choses extraordinaires avec cette famille, les deux parents et leurs trois enfants. À tel point que, lors du départ je me suis senti redevable de leur extrême gentillesse et de leur hospitalité.

Puisqu’ils ne souhaitaient pas d’argent, je me suis engagé à faire venir SAMEXA en France, son rêve. L’année suivante, je l’ai donc fait venir en France, un mois, à Paris, Bordeaux et en Dordogne. Au-delà de cette rencontre, c’est une véritable seconde famille que j’ai trouvée, et qui, je sais, le restera à vie.

When I travel to Nepal in 2010, I was sheltered by a family : I should have stayed two days. Before my departure, I contacted a lot of people on internet to find a place to stay.

That’s how I have met Samexa, a young girl and I was hosted by her and her family. And finally I didn’t stay two day but eight ! 

We shared incredible experiences with this family, the two parents and the three children. So when I had to leave, I wanted to give them something, to thank their generosity and their hospitality. 

Because they did not want money, I promised Samexa I will help her to come in France, it was her dream. So the next year, she came in France during one month, she visited Paris, Bordeaux and the region of Dordogne. I really met a second family, and I know the special link will follow me all my life. 

unnamed-9

 Quelle destination vous a le plus surpris ?
Which destination was the most surprising ? 

L’Inde est un pays extraordinaire. On dit « l’Inde ne se raconte pas , il se vit ».

Les odeurs, les couleurs, des scènes « d’ailleurs », une dynamique incroyable dans ce pays qui se développe de jour en jour.

India is an amazing country ! We say « We can not talk about India, we have to live it ».

Smells, colors, impression of somewhere else, an incredible dynamic in this country which is progressing more and more every day.

unnamed-5


In one word

Voyager c’est : partager / Travelling is : sharing

Se sentir en voyage c’est : déconnecter de son quotidien / Feeling in travel is : being deconnected of the daily life 

Un indispensable lorsqu’on voyage : un appareil photo / Something essential : a camera 

Une qualité acquise en voyage : l’empathie / A quality you get through traveling : empathy

Un défaut immuable même en voyage : vouloir tout voir et tout faire / A fault you can not erase : wanted to do and to see everything 

Un conseil pour voyager : s’organiser mais rester libre / Some advice : being organise but staying free 

La prochaine destination : Costa Rica / Next destination : Costa Rica

Pour en voir plus sur le travail de Joris / To see more about Joris’s work:  www.jorischeyrou.fr

Suivez ses voyages sur Instagram / Follow his travels on Instagram: @jorischeyrouphotographer

Vous pouvez aussi le contacter si vous avez des questions / You can also contact himjorischeyrou@ymail.com

Une réflexion sur “JORIS CHEYROU, 38 YEARS OLD – PHOTOGRAPHER

  1. Super decouverte, magnifique portraits et tres bel article.
    Merci a vous 🙂
    PS: faite un petit tour en NZ et en Australie, il y a matiere a faire (paysage, culture etc.) 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *