CARSTEN, 20 YEARS OLD – VOLUNTEER IN POLAND

Carsten, étudiant en économie, Hagen.  Carsten, student in economy, Hagen

A travers notre blog, notre souhait est bien sûr de vous faire voyager mais également de vous faire découvrir des personnes remarquables qui vivent d’incroyables expériences.

Dans cet article, nous vous présentons Carsten, un jeune Allemand engagé pendant un an dans un programme de service civique européen en Pologne. Il nous explique ce qui l’a amené à prendre cette décision, sa mission au sein de l’organisation et les enseignements qu’il en a tirés.

Allons à sa rencontre 🙂

Through our blog, our wish is of course to make you travelling but also discovering awesome people who lived amazing experiences. 

In this article we would like to present you Carsten, a young German involved during one year in a european voluntary service in Poland. He explains us why he made this choice, his mission in this organisation and what he have learned from it.

Let’s come to meet him 🙂 

Pourquoi avez-vous décidé de consacrer un an à faire ce service civique?
Why did you decid to devote one year to do a voluntary service?

C’est environ deux ans et demi avant d’avoir passé mon baccalauréat que j’ai décidé de faire un service civique. Pourquoi ? Parce que je ne voulais pas commencer à étudier directement à la sortie du lycée comme l’ont fait la plupart des mes amis. Je voulais prendre du temps pour apprendre à me connaitre, combattre mes faiblesses, acquérir de nouvelles compétences et approfondir mes connaissances. Je voulais entrer en contact avec des gens d’autres pays et apprendre à connaître leur mode de vie, leurs espoirs et leurs peurs. Bien évidemment, j’avais aussi envie de partager mon mode de vie et mon point de vue. Entrer en contact avec les autres a vraiment été l’aspect le plus important de mon service civique. Un autre point important était également d’apprendre une nouvelle langue, ou dans mon cas de renforcer la mienne, car le polonais est ma langue maternelle : mes parents sont nés en Pologne.

I decided around two and a half year before my a-levels that I want to do a voluntary service. Why? Because I didn’t want to start studying directly after school, as most of my friends do. I wanted a time, where I can learn about myself, improve my weaknesses, gain new competences and strengthen my skills. I wanted to get in contact with people from a different country, and learn about their lifestyle, get to know the hopes and fears. Of course I also wanted to share my “wisdom”, lifestyle and points of view. Getting in contact with other people was really the main aspect to do my voluntary service. Another point was also to learn a new language, or in my case to strengthen my language skills in polish, because I’m a native speaker, thus my parents are born there.

Quel a été votre cheminement jusqu’à obtenir l’opportunité de rejoindre la Bibliothèque Publique de Voïvodie à Cracovie?
Which was your pathway until getting the opportunity to join the Krakow Voivodeship Public Library?

Comment j’ai choisi le pays? Au début de mes recherches, je voyais les choses en un peu plus « grand », mon envie était d’aller aux Etat-Unis mais à cause des coûts trop élevés (autour de 10.000€) j’ai décidé de chercher une destination qui rendrait mon service civique moins cher. C’est lors d’une intervention dans mon lycée que j’ai entendu parler du Volontariat Civique Européen. J’étais plutôt intéressé par les pays scandinaves qui me fascinent depuis des années grâce à leurs paysages incroyables. Malheureusement, c’est difficile d’y trouver une place, donc j’ai pris mon plan « B » au cas où je ne trouvais rien. Ce plan c’était la Pologne. J’ai postulé à une cinquantaine de programmes au total, donc c’était beaucoup de travail pour recevoir cette place de volontaire.

How did I chose the country? At the beginning of my research for a voluntary service I was thinking a little big “bigger” my plans were to go to the USA, but because of the massive costs (around 10.000€) I decided to search for another option to do my voluntary service “cheaper”. So after a presentation in my school I found out about the European Voluntary Service (EVS). Countries, which I was interested the most, were the Scandinavian ones. I don’t know why, but they have fascinated me for years, because of their incredible nature. Unfortunately it is very hard to get a place there, so I decided for me to start a “plan B” in case I wouldn’t get anything. This country was Poland. I have written about 50 applications in total, so it was a lot of work to get this voluntary place.

Pouvez-vous nous décrire une journée de cette vie de volontaire?
Could you describe one day of your voluntary life? 

Je commençais le travail à 9 heures en général (à 8:30 quand j’avais cours) jusqu’à 15 heures (ou 14:30). Je donnais des cours d’allemand et d’anglais à des groupes de 10-15 personnes. J’enseignais la culture allemande à partir de mes expériences propres et de mon point de vue. Mais naturellement, les participants décidaient eux-mêmes des sujets qu’ils voulaient aborder et apprendre. C’était plus une rencontre culturelle qu’un réel cours de langue. J’avais deux sessions par jour, trois fois pas semaine. Après mes cours, je devais faire un travail plus administratif comme préparer le matériel, corriger des tests ou répondre aux questions des participants. Ca me prenait une heure ou une heure trente par jour. Pendant mes pauses, je passais du temps avec mes collègues et nous parlions des cultures allemande et polonaise. La dernière partie de ma journée servait à préparer mes leçons. J’utilisais différents sites et bien sûr des livres de langue. Quand j’avais fini tout ça, je restais parfois plus longtemps pour discuter avec mes collègues ou travailler à l’accueil. J’aimais vraiment bien travailler à l’accueil même si cela ne faisait pas vraiment partie de ma mission de volontaire.

En rentrant chez moi, je cuisinais soit seul soit avec mes colocataires (je vivais avec trois espagnols). Parfois après le travail, nous sortions également et nous nous promenions dans la ville.

Un volontaire ne gagne pas de salaire. Nous recevions de l’argent de poche tous les mois mais c’était seulement pour acheter des choses nécessaires. Ce n’était pas beaucoup, mais on peut survivre avec ça si on ne sort pas tous les jours. Nous avions également des cours de langue, du suédois dans mon cas car je n’ai pas besoin de polonais.

I started work normally at 9 (when I had a class at 8.30) until 15 o’clock (14.30). I held my german and english classes with 10-15 people in one group. During my class I was teaching about German culture based on my own experiences and points of view. But of course the participants decided which topics they wanted to talk and learn about. It was more a cultural meeting, than a real language course. I had 2 classes per day, 3 times a week. After my classes I had to do some administrational things like uploading the material, correcting tests or answering questions of my participants. This took me around 1 to 1,5h daily. In my breaks I had fun with my colleagues and we were talking a lot about Polish and German culture. The last third of my working day was for preparing my new classes. Here for I used different websites for learning languages and of course books for learning German. Finished with my work, sometimes I stayed longer to just have a talk with my colleagues, or working at the information. I really liked it to work at the information of the library, even it was never part of my actual voluntary service. It was very nice to get in contact with all of the people who were visiting the library. Arrived at home I started to cook alone, or sometimes together with my flatmates (I was living together with three Spanish guys). Some day after work we were also going out, and hanging around the city.

As a volunteer you are not getting any salary. We have got food money and a little pocket money every month, so we could buy food and hygienic articles and so on. It was not that much, but you could survive with it, when you were not going out every second day. We also got a language course. In my case I had a Swedish language course, because I didn’t need a Polish language class.

IMG_8313

Quels sont les points positifs du volontariat?
Which are the positive aspects of being a volunteer?

Le point positif le plus important est vraiment la liberté. Comme nous ne sommes pas de vrais employés, nous travaillions moins et avions beaucoup de liberté dans notre travail, surtout moi grâce à ma chef. C’était la chef la plus sympa que j’ai rencontrée durant mon volontariat, j’en suis plus que content. Nous avions aussi beaucoup de temps libre, qu’il faut absolument utiliser pour voyager car une telle liberté peut difficilement se trouver en-dehors du volontariat. Un autre point positif est la possibilité de rencontrer beaucoup de gens différents venant de divers pays. On peut apprendre beaucoup de leur part si on essaye de rentrer en contact et de parler. Il y a tellement d’aspects positifs que c’est difficile de tous les décrire.

The main positive aspect of being a volunteer is definitely freedom. Thus you are not a real employee, you are working less, and you have more freedom in your job, or especially I had, because of my boss. She is the nicest and kindest boss I ever had, and I’m more than happy, that I have met her during my voluntary service. But you also have an immense freedom in your free time. You should definitely use this time to travel, because you will never again get this possibility to be as free as you are in your EVS. Another positive aspect is that you are meeting a lot of different people from different countries. You can learn a lot from them, if you just try to get in contact and talk. There are so many positive aspects, far too much to list everything.

Et les points négatifs?
And the negative one?

Il y a bien sûr des points négatifs. Durant le volontariat, on pense que c’est la pire chose du monde, mais après on se rend compte que ce n’était pas si terrible. Un aspect négatif est par exemple de vivre dans un appartement – et même de partager sa chambre – avec des personnes que l’on ne connait pas. Au début, c’était la chose la plus bizarre au monde et après c’est devenu normal, et ce n’était plus si terrible.

Of course there are some negative points. During your voluntary service you think this things are the worst in the world, but after you’ll think it wasn’t that bad. One of this points is living together in a flat and sharing a room with a person you don’t know. At first the weirdest thing in the world, and in the end one of the most normal things, and not even that bad.

IMG_8236

Des conseils pour quelqu’un intéressé par le volontariat?
Any recommendations to someone interested in?

Si vous êtes intéressé par le volontariat, vous devez être une personne très motivée par l’idée de découvrir une nouvelle culture, de nouvelles personnes et il peut être utile d’être sociable. Ne pas l’être n’est pas un problème mais c’est plus facile pour entrer en contact et se faire de nouveaux amis. Ensuite le logement et les conditions de vie sont très basiques, pas confortables comme à la maison. Le dernier point qui a été crucial dans mon service civique est que l’on n’est pas capable de tout organiser et de tout prévoir et que finalement c’est bien comme ça. J’essayais d’abord de tout anticiper mais après quelques semaines, je me suis rendu compte que c’est bien d’avoir un plan mais que c’est impossible de tout prévoir. Avoir des expériences imprévues peut aussi être bien…

If you are interested in a voluntary service, you should be a person which is highly motivated to get to know a new culture, new people and this means it would be helpful to be talkative. It’s not a problem if you are not talkative, but it’s easier for you to get in contact with the people and making new friends. The next point is that your expectations concerning your flat and living conditions. They are really basic, and not like at home. The last thing is a point, which was very crucial in my voluntary service: You are not able to plan and predict everything in your life, and it is good like it is. I really tried to do it so, but after a few weeks I had to realize that it’s good to have a plan, but it is completely impossible to plan everything. Sometimes it is good to make unplanned experiences


In one word 

Etre volontaire c’est: la liberté / Being a volunteer is : freedom

C’est indispensable pour être un volontaire: l’ouverture d’esprit / It is indispensable to be a volunteer : open mindness

C’est impossible pour un volontaire: l’égoïsme / It is impossible when you are a volunteer : selfishness

Une qualité acquise grâce au volontariat: se détendre / A quality you gets thanks to this voluntary service : desurgency

Une défaut impossible à effacer: manger des kebab polonais / A fault you can’t erase : eating polish kebap

Un souvenir pour la vie: la vie est imprévisible  / A memory for life : life is not predictable

Pour en savoir plus / To learn more about it:  https://europa.eu/youth/volunteering/organisation/942447733_en

Pour les germanophones, n’hésitez à  donner une bonne note au projet européen de Carsten / For the german speakers, don’t hesitate to give a good grade to Carsten’s european project : https://www.youthreporter.eu/de/beitrag/was-tun-wenn-die-familie-weit-weg-ist.11722/#.VqTHilPhCL_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *